Anthony Coletta : "Ce match est un derby qui va compter dans cette dernière ligne droite"



Vendredi 16 Avril 2021

A quelques heures du coup d’envoi de ce derby entre Columérins et Montalbanais, plongez dans cette 27ème journée de Pro D2 avec Anthony Coletta. Notre capitaine a abordé tous les points importants avant le début de la rencontre ! 

Nous arrivons dans la dernière ligne droite du championnat. Il reste 4 matchs. Est-ce que tu ressens davantage de pression au sein du groupe avant d’entrer sur le terrain ?

C’est vrai qu’il y a un peu plus de pression dans l’approche des matchs durant la semaine. Je pense que c’est dû au fait que tout le monde ait envie de mettre sa pierre à l’édifice. Depuis plusieurs jours, on est monté d’un cran dans la concentration, l’énergie et l’agressivité. Il y a un peu plus de stress, mais c’est du stress positif. Par conséquent, on sent forcément un peu plus de tension, mais surtout de l’excitation. Mais c’est normal et positif de ressentir ça à l’approche des phases finales.

L’équipe fait face à de nombreux blessés, notamment dans les lignes arrières. Dû à cela, de nombreux jeunes sont montés du Centre de Formation. Cela influence-t-il la préparation des matchs ?

Non, je ne pense pas. Le staff essaie de nous faire progresser chaque jour, les jeunes qui arrivent sont prêts, c’est pour cela qu’ils montent avec nous. Ils travaillent énormément pour être prêts le moment venu. Quand on est jeune, il faut être prêt quand l’occasion de jouer se présente. Et ici, ils le font bien. Ils se sont bien adaptés à ce que l’on fait. Les jeunes qui montent sont bien encadrés. Certains joueurs comme Aurélien Béco, Romain Bézian ou encore Mihai Macovei sont des modèles pour eux, et ils faut qu’ils s’en inspirent. Sinon, dans la préparation des matchs, on s’adapte aux blessés que l’on a, mais de manière générale, on reste égal à ce que l’on fait depuis le début de la saison. 

Depuis plusieurs matchs, tu as hérité du brassard de capitaine. Est-ce que cela a changé quelque chose dans ta façon d’être au sein du vestiaire ?

Honnêtement, durant un match, si je suis capitaine ou non, mon attitude reste inchangée. Quand je dis ça, c’est parce qu’obtenir ce brassard n’était pas un objectif. Je le prends parce que le staff a voulu que je le fasse, et le reste du vestiaire l’a accepté. C’est quelque chose que je fais avec plaisir, humilité et une grande fierté, tout en restant le même joueur, la même personne. Forcément, je suis amené à davantage parler durant la semaine ou avant les matchs. C’est aussi quelque chose que j’ai appris avec l’expérience, ça ne me dérange pas de tenir ce rôle. 

Lors du match aller l’équipe s’était inclinée à Montauban. Cette rencontre, en plus d’être un match important pour le classement, est un derby…

Oui ! Le match aller avait été compliqué avec des conditions de jeu difficiles. C’était en hiver, il y avait du brouillard, le ballon était glissant. On a fait un match moyen là-bas, on avait été pris dans les duels, mais on s’était tout de même bien accroché. Sur la sirène, on a une dernière munition avec la possibilité d’aller chercher la victoire mais on est pénalisé au sol. Même si nous avions perdu, nous avons quand même ressorti du positif de ce match. Aujourd’hui, on va jouer un derby face à un adversaire qui a été cherché une victoire à Angoulême et qui est en quête du maintien. Jouer chez un adversaire qui joue sa survie n’est jamais quelque chose de simple. Ce match-là, on le prépare comme il se doit. Si on veut rester dans nos objectifs d’être dans les six premiers, on se doit de faire un résultat. Ce match est un derby qui va compter dans cette dernière ligne droite, surtout que le moindre faux pas pourrait faire mal aux têtes. On a préparé cette rencontre sérieusement, il faut que l’on prenne du plaisir à jouer ensemble sur le terrain. 
Pour ce qui est des phases finales, on les gardent dans un coin de notre tête. On a des joueurs ambitieux, des joueurs d’expérience. Aujourd’hui, on y voit un peu plus clair au classement, et donc on se permet d’en parler un peu plus. Nous sommes quatrièmes à quatre journées de la fin, même si ce n’est pas fait, on se met à y penser, et je pense que c’est plutôt positif parce que l’on se fixe un objectif. On sait que si on gagne contre Montauban, ça nous fera quatre points de plus pour se rapprocher des phases finales, et c’est quelque chose de spécial. On est quatrième, et on va tout faire pour rester dans ce Top 4 !

Nos partenaires